Comment surmonter une routine comportementale et émotionnelle ?

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur google
Google+
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur pinterest
Pinterest

Article traduit de Roger Petersen du blog Mind and love intitulé How to overcome a behavioral and emotional rut

surmonter une routine comportementale et émotionnelle
Surmonter une routine comportementale et émotionnelle

Chacun d’entre nous a déjà été agréablement surpris par une expérience. Cependant, nous ne prêtons pas à ces expériences l’attention qu’elles méritent. Nous nous privons des précieuses leçons que l’on pourrait en tirer à cet instant précis. Plus particulièrement, si celle-ci se décrit comme une routine comportementale et émotionnelle.

Une surprise plaisante

Une surprise plaisante suit probablement les critères généraux suivants. Nous avons la possibilité de participer à quelque chose qui peut sembler peu attrayant. Mais encore, peu être par obligation, nous prenons part à une activité redoutée et étrangement nous amuser, défiant nos attentes.

Le présent et le passé participent à notre avenir

Le fait qu’une activité future soit vue comme plaisante ou bien déplaisante est largement déterminé par notre point de vue ainsi que notre pensée. Nous voyons une opportunité future au travers du prisme de notre émotion du moment dans ce monde. Cependant, en assumant le fait que nous sommes actuellement dans une routine émotionnelle et comportementale, les activités futures auront plus tendance à être étiquetées négativement. Par exemple, participer à une soirée, dancer, servir de la nourriture à un sans abri, commander un plat original dans un menu, fréquenter une université loin de chez nous, ou bien accepter une opportunité de carrière à l’autre bout du monde.

Un chapitre actuel de notre vie marqué par un ralentissement émotionnel cache probablement des opportunités futures avec des hypothèses négatives. En effet, les épisodes difficiles du passé nous mettent en garde sur le futur. Notre attention a tendance à se porter sur des expériences passées compliquées dans le but de nous protéger d’une éventuelle finalité similaire. Par exemple, si nous sommes invité à une soirée, mais que nous nous sentons anxieux par propos à cela, nous allons probablement nous focaliser sur des mémoires qui nous confirment une expérience similaire. Par conséquent, il est compréhensible que cela va résulter sur un choix de ne pas participer à cet évènement.   

Prédire l’avenir

Cependant, nous devons bien reconnaitre que puisque l’évènement n’est pas encore arrivé, nous allons inévitablement faire des prédictions sur une potentielle finalité. Alors que nous avons de plus amples raisons de croire en nos capacités à connaitre l’avenir, il y a toujours une chance que nos pires peurs ne viennent pas nous hanter. L’inconnu est ce qui nous autorise à un potentiel effet de surprise plaisant.

Il est également juste de suggérer que cette expérience particulière soit pire que celle que l’on avait anticipé. Cependant, le point important est de reconnaitre la fiabilité inhérente d’une prédiction, le futur pourrait se développer de différentes façons. Nous pouvons assumer le fait que la fin négative est une vision déséquilibrée qui se base sur des expériences passées negatives pour prédire le futur au détriment d’autres possibilités.

Se souvenir d’un passé plus équilibré

femme dans un champ

Cependant, si nous élargissions notre palette de mémoires, nous serions plus à même de rencontrer un vaste ensemble et une séquence d’images plus équilibrées. Certaines images peuvent être plus marrantes et excitantes alors que d’autres éprouvantes pour nos nerfs et ennuyeuses. Peu être qu’au travers de ce jugement plus équitable du passé, nous pouvons faire un choix différent au regard des opportunités futures.  

Se conforter à ce qui nous est familier

Du côté opposé du spectre de l’expérience, ces activités sont confortables et nous font sentir en sécurité du fait qu’elles nous sont familières. Lorsque l’on fait face à un malaise et à un avenir incertain, nous choisissons souvent l’activité dont la finalité est la plus connue au travers de la répétition et de l’habitude. Cela est plus sécurisant de répéter des comportements et des choix qui nous sont familiers plutôt que l’anxiété que l’on peut avoir suite au choix de quelque chose de différent, nouveau et non aligné avec nos convictions émotionnelles ou notre pensée. Par exemple, je préférerais rester à la maison et regarder un film avec ma famille ou bien mes amis plutôt que de m’aventurer à une soirée ou je devrais interagir avec des inconnus.   

S’attarder sur un passé négatif

Je ne suis pas en train de suggérer que nous devons ignorer nos peurs. Elles sont liées à nos expériences passées et constituent un signal de survie efficace car elles nous alertent d’un danger potentiel afin de nous sécuriser. De même, il est également vrai que ces activités futures que nous connectons à des finalités négatives pourraient être bien plus inconfortables que nos prédictions. Cependant, notre attention à tendance à s’attarder sur les expériences passées négatives et à les amplifier, tout en inhibant les nombreuses mémoires joyeuses qui ont accompagné des activités similaires.

Se rappeler activement d’un passé positif

Si nous nous trouvons dans une routine comportementale et émotionnelle, nous sentant un peu déprimé, nous isolant ainsi du monde et de ces opportunités, il peut alors être utile de se rappeler activement de nos expériences passées positives. Cela va nous permettre de voir une activité particulière comme quelque chose de passionnant. Je ne suis pas en train de suggérer qu’il faut complètement ignorer notre système d’alerte interne, mais plutôt de trouver un équilibre entre nos pensées et les évènements du passé. En effet, ceci a pour objectif de créer une nouvelle vision de votre futur qui est ouvert à des opportunités positives.

Créer une nouvelle relation avec le futur

fleur butinée par des abeilles

Afin de créer une vision plus équilibrée du passée et ouvrir une porte pour considérer des nouveaux comportements et choix futurs, je recommande trois pistes de réflexion qui vont vous aider à vous remettre en question et ansi vous sortir de ces routines comportementales et émotionnelles.

1. Chercher dans le passé des expériences positives

Premièrement, nous devons nous souvenir des expériences passées qui ont été bénéfiques pour nous. Par exemple, lorsque nous participions à un rassemblement social et que nous nous sommes amusés. Si l’on regarde les choses d’un autre point de vue, nous pourrions être surpris par le nombre d’expériences positives qui l’on a pu vivre de notre passé. Si l’on oublie de se rappeler des évènements qui ont eu un impact émotionnel positif, alors il va être difficile de voir autre chose que des finalités sombres au regard des futures opportunités.

2. Chercher dans le passé des surprises plaisantes

Deuxièmement, essayons de nous rappeler ses surprises plaisantes du passé où la finalité était différente de ce que l’on avait escompté. Cela peut ne pas été directement lié à l’opportunité qui se présente à nous. Par exemple, plus tôt dans notre vie, nous étions inquiets de voyager au travers du pays dans des lieux inconnus remplis d’étrangers. Pourtant, cette expérience s’est révélée au final bénéfique. Le fait de se rappeler de ces surprises plaisantes vont nous aider à changer notre vision des choses lorsqu’on nous participons à un événement. Cela va agir comme une nouvelle ouverture sur un ensemble de finalités possibles.

3. Créer un désengagement sain

Troisièmement, il peut être utile de prendre de la distance sur les possibles finalités en général, qu’elles soient positives, neutres ou bien négatives. Si nous craignons d’être mal à l’aise ou bien de nous ennuyer, considérons le fait que cela ne va pas laisser de traces permanentes dans notre vie. Certes, il appartient à chaque individu d’évaluer la situation afin de déterminer le niveau d’inconfort que celle-ci peut lui procurer. Il n’est pas nécessaire de se forcer à se retrouver dans des circonstances terrifiantes. L’objectif de ce processus est de créer un nouvel espace qui autorise une possibilité positive à atténuer les craintes d’un problème négatif.

Créer une distance sécurisante

Il faut voir ces opportunités comme des expériences potentielles, comme si nous étions des scientifiques examinant en prenant du recul pour déterminer si les finalités sont positives ou négatives. En nous regardant avec une certaine sécurité, nous nous détachons du phénomène qui se produit dans notre expérience. Cela permet de prévenir la sur-identification avec les pensées et émotions négatives en les observant simplement à la lumière de l’impermanence inhérente à toute chose.

C’est la différence entre deux cycles possibles de pensée, la sur-identification et le désengagement sain.

Sur-identification

Oh mon dieu! C’était si bizarre et inconfortable. Je n’avais aucune idée de ce que je devais dire à cette personne. Le silence était terrible! Nous étions tous les deux en train de chercher une porte de sortie. Mon dieu, je hais cela! Je savais que cela serait horrible! Je déteste les soirées. Elle doit penser que je suis si bancal! Mon dieu, je suis tellement idiot. Je ne peux parler à personne! Cela n’est pas étonnant que je n’ai pas d’amis!

Désengagement sain

Oh mon dieu! Cet échange était quelque part inconfortable. Je n’avais aucune idée de ce que je devais dire à cette personnes. Que c’est embarrassant. Quelque part, c’était marrant également. Je me demande comment cela va se passer avec la prochaine personne.

C’est bizarre. Je ne me sens pas très confortable maintenant. Ok, interessant. Peu être que je vais rester encore trente minutes pour voir si quelque chose change.

Ca n’est pas si mauvais que ce je pensais que cela allait être. Interessant. Peu être que je vais retenter l’expérience dans l’avenir.

En sur-identifiant avec notre expérience, nous amplifions nos pensées et émotions en une permanence qui semble changer notre vie. Celle-ci est accompagnée d’une auto-critique brutale qui peut déterminer notre estime de soi. Mais aussi, cela nous permet de faire un retour d’expérience pour rejeter les opportunités futures, en nous isolant du monde.

Un désengagement sain reconnaît l’impermanence de chaque instant. Ces pensées et émotions vont aller et venir tout en créant un environnement interne séparé de notre valeur personnelle. Ce qui va permettre de créer un nouvel espace interne qui est ouvert à des opportunités de vie et distancié en toute sécurité des finalités.

Transformer les hypothèses négatives en hypothèses positives

D’un certain point de vue, nous pouvons faire des pas significatifs afin de changer nos choix, habitudes et schémas comportementaux. Ceux-ci sont nourris par notre routine émotionnelle actuelle. En prenant une décision complètement différente, nous créons une potentialité de finalité positive qui nous donne une leçon sur la manière dont traiter les opportunités futures. Nous faisons le premier pas qui va nous mener vers nos pensées, émotions and hypothèses. Celles-ci sont liées à notre routine comportementale et émotionnelle actuelle. Ce pas va alors nous mener vers un monde de pensées, émotions et perspectives élevées. Cela commence par une prise de conscience de la positivité inhérente à un avenir incertain. Puis ensuite, un choix sensiblement différent va mettre en évidence des preuves qui nous guideront vers une prochaine décision. Cela va éventuellement créer les blocs qui vont construire un nouvelle demeure de confiance en soi et de conviction.

Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Donnez vos impressions et ressentis sur cet article

BIENVENUE!

RECEVEZ MON GUIDE GRATUIT

LES 5 ROUTINES MATINALES QUI VONT CHANGER VOTRE QUOTIDIEN

routine matinale

En renseignant votre email, vous acceptez de recevoir des informations par voie électronique. Vous pouvez vous désabonner à tout moment en cliquant sur les liens de désinscription ou envoyant un email à info@mieuxvivresonhypersensibilite.fr.