savoir dire non
Partager sur facebook
partagez
Partager sur twitter
tweeter
Partager sur pinterest
épinglez

Savoir dire non s’avère souvent très difficile pour certaines personnes. Cependant, ce simple mot peut parfois être salutaire pour renforcer son affirmation de soi et développer son estime de soi.

Dans la vie personnelle comme dans la vie professionnelle, il est particulièrement difficile de dire non à son interlocuteur. Parfois, la peur de la déception et la peur de l’autorité peuvent nous forcer à répondre positivement à une demande.

En effet, c’est un défi de tous les instants de dire non. Dire non signifie généralement refuser d’aider, donner ou même parfois ne pas comprendre.

Le problème est que vous pensez que vous devez avoir une bonne raison de refuser. Vous avez certainement la conviction profonde si vous dites non à vos amis, ils ne vous aimeront plus. Pour vous, tous les refus devraient être raisonnables, et les autres devraient être en mesure de découvrir que vous n’êtes pas d’accord.

L’important est de savoir dire non. Savoir dire non permet de fixer des limites, de vous protéger et d’empêcher les autres de profiter de vous. Savoir dire non sans ressentir de culpabilité aide à restaurer la confiance en soi

Nous craignons tellement le rejet que nous oublions le plus souvent ce que nous voulons vraiment. Nous pouvons nous dire: « Si je refuse de l’aider, j’ai peur de le décevoir. ».

Vous êtes-vous déjà retrouvé dans cette situation ? Avant de répondre par un « oui » réticent à une demande particulière, essayons d’abord de comprendre les conséquences de notre «non» et osons enfin nous affirmer.

Pourquoi il faut dire non ?

Si nous savons dire non, alors nous savons aussi dire oui. En effet, si nous disons «oui» pour éviter à tout prix de dire non, alors notre «oui» n’en est pas réellement un au final. De plus, nous ne serons pas fiables ou incertains dans nos promesses.

Lorsque l’on est enfant, nous savons très bien dire non. D’ailleurs, un enfant a tendance à utiliser le « non » plus qu’à l’accoutumé :-).

Cela est loin d’être un hasard. Le « non » est avant tout un moyen de montrer son opposition et une façon de s’affirmer pour exister. Dire non ce n’est en rien faire preuve de supériorité ou de condescendance, bien au contraire.

Par conséquent, savoir dire non empêche les autres de vous envahir. Vous avez alors le sentiment d’être respecté. Car, au contraire, si vous ne dites pas « non » lorsque c’est nécessaire, vous niez vos désirs et n’écoutez pas vos propres besoins.

Ce qui peut conduire à des conflits internes parfois difficiles à résoudre. Mais également, provoquer des regrets et de la culpabilité. Dire non nécessite des compétences pour éviter d’affecter négativement les relations professionnelles.

Dire non est la clé essentielle pour cultiver l’affirmation de soi: il faut pouvoir se faire confiance pour s’affirmer. D’autre part, connaissez-vous ce célèbre dicton ?

Les « oui » sont le plus souvent sources de problèmes contrairement aux «non»

En effet, les « oui » demandent le plus souvent de votre temps et peuvent devenir à la longue une contrainte voire même un obstacle à votre bien être.

Comment apprendre à dire non ?

Vous devez apprendre à dire non car il est impossible de dire «oui» à tout sans que cela réduise votre efficacité au travail ou impacte votre vie personnelle.

Souvenez-vous bien de ceci à l’avenir afin d’éviter au maximum les « oui » pour vous protéger. D’ailleurs, la plupart des auteurs américains sur le développement personnel insistent sur le fait que la gestion du temps est un élément essentiel à prendre en considération pour gagner en productivité.

Vous devez être capable de suivre vos envies, et accepter l’idée d’apprendre à dire non. Cependant, apprendre à dire non implique un réel travail sur soi. Commencez par dire non à des petites choses qui peuvent vous paraitre anodines.

Par exemple, un collègue veut vous refiler un dossier compliqué sans réellement vous expliquer pourquoi. Si vous n’avez pas le temps de vous occuper de ce dossier, n’hésitez pas à lui faire savoir et à refuser.

Sachez être ferme si cela s’avère nécessaire, tout en y mettant les formes, pour ne pas brusquer votre interlocuteur. Souvenez-vous de quelques mots simples pour exprimer votre rejet, tels que : « Je suis vraiment désolé, mais je ne peux vraiment pas t’aider. Je suis trop occupé avec d’autres dossiers en cours! », « Non, excuse-moi, mais je ne suis pas libre. ».

Ne sentez pas non plus obligé de vous justifier. Et surtout, ne faites pas de promesses que vous ne pourriez pas tenir. Comme par exemple: « Je ne peux pas m’en occuper aujourd’hui mais demande j’y jette un coup d’oeil. Je te promets! ».

Il est certain qu’apprendre dire non ne se fera pas en un jour. Mais, petit à petit, vous saurez dire non, et cela deviendra comme une seconde nature pour vous.

savoir dire non
Comment savoir dire non

Voici les trois principales étapes pour savoir dire non lorsque la situation s’impose:

Dédramatiser

Essayez de mesurer les conséquences et de ne pas vous précipiter avant de dire non. Pesez le pour et le contre de chaque situation tout en gardant l’esprit clair.

Sachez écouter ce que vous dites votre coeur. Osez dire non tout en restant ferme. Cependant, pour ne pas culpabiliser après avoir dit non il est important de savoir rester diplomate.

Savoir rester ferme

Pour dire non sans que cela soit considéré comme offensant, sachez donc imposer votre décision en faisant preuve d’affirmation de soi afin de booster votre confiance en soi.

Apprenez à dire non en adoptant une attitude à la fois franche et ferme. Je vous suggère d’exprimer votre refus ou votre décision dans un ton déterminé tel que: « Non, merci, mais je ne suis pas libre », « Non, désolé, je ne peux pas ».

N’essayez pas de vous trouver des excuses ou des raisons particulières d’expliquer votre refus car cela complique le plus souvent la situation. Évitez de vous défendre ou d’exprimer des regrets: « Cela me ferait très plaisir, mais je ne peux pas parce que … »

Si vous vous montrez hésitant, cela peut se voir et vous pouvez alors vite vous sentir déstabilisé. Votre interlocuteur peut en effet commencer à discuter avec vous pour vous convaincre de changer d’avis: « Pas de problème, il suffit de faire ceci ou bien cela… »

Afin d’éviter que cela ne se produise, prenez l’habitude de dire non sans vous excuser, quelque soit votre motivation. Assumer son refus c’est de loin la meilleure façon d’apaiser son esprit.

Un bon technique pour rester ferme et définitif consiste à répéter plusieurs fois des affirmations de refus jusqu’à ce que la personne se résigne. Vous pouvez utiliser des phrases simples telles que: « Je suis désolé, mais c’est non! », « J’ai dit non, et je ne reviendrais pas sur ma décision! ».

Proposer une solution alternative

Sachez prouver votre bonne volonté en donnant des options alternatives. C’est un excellent moyen pour trouver un compromis afin d’éviter de heurter la personne qui vous sollicite.

Cependant, ne donnez toujours aucune excuse à votre refus. Mais proposez, le cas échéant, des recommandations adaptées à une situation donnée.

Par exemple, si on vous demande de réaliser une tâche et que vous n’avez pas le temps ou la disponibilité pour le faire. Dans ce cas, vous pouvez suggérer des personnes ayant des capacités similaires qui serait à même de répondre à cette demande.

Ou bien, proposer toute autre solution alternative qui ne vous obligera pas à assumer la responsabilité d’accomplir cette tâche.

Prenons un autre exemple, votre belle-mère vous invite à diner mais vous avez autre chose de prévu. Dans cette situation vous pouvez répondre à votre belle mère: « Nous ne pouvons pas venir diner ce soir. Par contre, nous sommes disponible demain midi pour un repas si cela convient! ».

Le plus dur est généralement d’affirmer son refus. Par conséquent, le meilleur moyen est savoir garder son sang froid et de minimiser la discussion pour ne pas se sentir désemparé.

En bref, sachez prendre du recul et dire non le plus souvent en mesurant vos propos. Cela vous évitera de réagir sous le coup de l’impulsivité!

Prendre conscience de ses besoins

Afin d’apaiser votre conscience de la culpabilité de dire non aux autres, vous devez avant tout garder en tête vos priorités. Et également, réaliser que de trop être présent pour les autres vous pouvez vous oublier vous-même.

Alors pourquoi mettre vos objectifs en premier plan ? Eh bien, tout simplement parce que la vision de votre futur vous empêchera de dévier de vos propres valeurs et des conditions à remplir pour atteindre ses objectifs.

Pour mieux savoir dire non aux autres, il vaut mieux savoir ce que l’on veut réellement au fond de soi. En effet, cette capacité de refuser de succomber aux désirs des autres uniquement pour satisfaire leur jugement ou pour influencer leur regard doit également s’appliquer à votre vie personnelle.

Pouvoir dire non dépend de votre définition claire de vos besoins: alimentation, santé, argent … Vous êtes le seul à savoir par où commencer.

Par conséquent, certains exercices peuvent être utiles. La première chose à faire consiste est écrire vos besoins dans une liste que vous garderez toujours dans un endroit visible. Ensuite, définissez des objectifs liés à cette liste.

Par exemple, vous avez arrêté de fumer il y a deux semaines et vous êtes tenté de fumer une cigarette. Dites-vous: « Non, je ne fumerais pas cette cigarette! J’ai décidé d’arrêter de fumer et je compte bien m’y tenir. D’ailleurs, ma santé s’en porte mieux et c’est génial! ».

Sachez dire non pour prendre conscience de vos réels besoins. Cela peut être d’une grande aide dans les situations difficiles.

Connaitre ses limites

Savoir dire non doit être une réflexion personnelle qui permet de poser clairement des limites pour préserver votre bien être intérieur. Cela nécessite une organisation à toute épreuve ainsi qu’une grande motivation.

Mais, il y a tout de même une chose importante à tenir en compte pour apprendre à dire non tout en reconnaissant ses limites. Vous devez savoir refuser de faire certaines choses si cela peut nuire à votre santé. Et, vous récompenser de vos efforts et apprendre à vous détendre sans vous sentir coupable.

D’ailleurs, il est important de savoir que c’est l’incapacité à dire non qui conduit le plus souvent au burnout ou à l’épuisement professionnel. Savoir dire non aux autres dans la bienveillance est une façon comme une autre de se dire oui à soi-même et de respecter ses désirs.

D’autre part, ne pas clairement fixer ses limites face aux personnes toxiques peut mener à être totalement à leur merci. C’est pour cette raison que savoir dire non est la meilleure façon de se protéger et d’éviter de se laisser submerger.

Une très bonne manière de connaitre ses limites afin de mieux réagir face aux personnes toxiques consiste à ne pas répondre précisément à leur demande. Pour cela, vous pouvez acquiescer tout en exprimant votre refus en utilisant des expressions telles que: « certainement, mais non… », « vous avez probablement raison, mais non… ».

Les règles essentielles pour savoir dire non

Il n’est jamais trop tard pour savoir dire non et apprendre à s’affirmer. Cela demande une certaine pratique, mais c’est en osant exprimer clairement vos décisions et en affrontant les situations que vous renforcerez votre estime de soi.

Prenez l’habitude de prendre en compte vos besoins et vos émotions avant d’accepter de faire quelque chose. Il est primordial d’apprendre à dire non si cela empiète votre épanouissement personnel.

Savoir dire non c’est avant toute chose se respecter et aussi se faire respecter. Apprendre à dire non c’est aussi poser des limites pour se pas se laisser déborder.

En d’autres termes, dire non c’est vivre en harmonie avec soi-même et ses convictions les plus profondes. Voici le résumé des règles à suivre pour réussir à dire non:

  • Savoir être franc et ferme: apprendre à imposer son refus ou sa décision sans pour autant montrer son hésitation
  • Ne pas avoir à s’excuser ou se justifier: éviter de donner des explications à son refus pour ne pas compliquer la situation
  • Penser à soi et à ses propres besoins: savoir s’écouter, connaitre ses limites et se respecter pour cultiver son affirmation de soi
  • Prendre du recul: ne pas répondre sous la précipitation et proposer une solution alternative

Et vous, laquelle de ces règles allez-vous appliquer dès aujourd’hui ? Faites le moi savoir dans les commentaires.

Prenez soin de vous.

Namaste,

Jerome

Recevez votre guide gratuit

routines matinales qui vont changer votre quotidien

En renseignant votre email, vous acceptez de recevoir des informations par voie électronique et vous prenez connaissance de la politique de confidentialité.

Vous pouvez vous désinscrire à tout moment à l’aide du lien de désincription

Cet article vous a plu ? Partagez le autour de vous!

Partager sur facebook
Partager sur pinterest
Partager sur twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Mes routines matinales pour mieux vivre son hypersensibilité

En renseignant votre email, vous acceptez de recevoir des informations par voie électronique. Vous pouvez vous désabonner à tout moment en cliquant sur les liens de désinscription